Etes-vous un aidant ? 

Pourquoi s'intéresser à ce sujet?
Parce que vous êtes peut-être un aidant qui s'ignore.
Parce que vous connaissez peut-être des aidants.
Parce que vous serez peut-être vous-même aidant ou accompagné d'un aidant un jour.

Savez-vous d’où vient le mot « aidant » ? 

Il m’est souvent arrivé de voir le regard étonné de mes interlocuteurs lorsque je leur disais que j’étais « aidante » de ma maman. Ils ne voyaient pas à quoi correspondait ce mot, n’en avaient qu’une vague idée, voire pensaient qu’il s’agissait d’un métier un peu atypique mais rémunéré.

Le sujet des aidants existe depuis toujours mais il était jusqu’à il y a environ 4 ou 5 ans plutôt utilisé entre « connaisseurs », c'est-à-dire les aidants eux-mêmes et les médecins qui voyaient en consultation un aidé accompagné d’un aidant.

Depuis peu, le terme « aidant » est donc entré dans le discours public, ce sujet prenant de plus en plus d’ampleur chaque année et c’est tant mieux !

Revenons à la définition du mot aidant.

Quand on sait que ce terme se décline en aidant familial, aidant naturel, proche aidant, aidant principal, aidant non professionnel, aidant secondaire… il y a de quoi se perdre.

J’ai décidé de regarder en détail ce qui se cache derrière ces expressions et s’il en existe des définitions officielles.

Qui aide-t-on ? Qui est aidant ? 

Les premières définitions légales concernent en France ceux qui aident les personnes handicapées. Sans surprise, elles sont assez récentes.  

Depuis 2005, le Code de l’action sociale et des familles définit l’aidant familial d’une personne handicapée dans le cadre de la PCH (Prestation de Compensation du Handicap) ainsi : « Est considéré comme un aidant familial, le conjoint, le concubin, la personne avec laquelle le bénéficiaire a conclu un pacte civil de solidarité, l’ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu’au quatrième degré du bénéficiaire, ou l’ascendant, le descendant ou le collatéral jusqu’au quatrième degré de l’autre membre du couple qui apporte l’aide humaine et qui n’est pas salarié pour cette aide ».

Le Code de la Santé publique définit quant à lui l’aidant naturel d’une personne handicapée comme : « une personne choisie par la personne aidée pour l’accompagner dans les gestes liés à des soins prescrits par un médecin pour favoriser son autonomie ». Ce statut donne droit à une formation de la part d'un professionnel de santé en vue d'acquérir les connaissances et la capacité nécessaires à la pratique de chacun des gestes de soins auprès de la personne handicapée.

C’est en 2016 qu’a été officiellement défini et reconnu en France un statut du proche aidant d’une personne âgée par la loi relative à l’Adaptation de la société au vieillissement : «Est considéré comme proche aidant d'une personne âgée son conjoint, le partenaire avec qui elle a conclu un pacte civil de solidarité ou son concubin, un parent ou un allié, définis comme aidants familiaux, ou une personne résidant avec elle ou entretenant avec elle des liens étroits et stables, qui lui vient en aide, de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel, pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne».

Beaucoup de jargon….

Vous correspondez à l’une de ces définitions ?

Je vais vous aider à le confirmer avec quelques indices.

Indices de repérage d’un aidant

- Vous effectuez pour votre proche certaines ou plusieurs des tâches suivantes et vous n’êtes pas rémunéré : aide à la toilette, à l’habillage, à la prise des repas, accompagnement dans les promenades, les activités, tâches ménagères, achat des médicaments, démarches administratives, gestion du budget…

- Vous coordonnez les interventions d’aides à domicile pour assister votre proche. 

- Vous ne quittez jamais votre téléphone portable. 

- Vous avez toujours une liste de choses à faire en tête, vous avez l’impression de toujours courir après le temps et de faire plusieurs choses en même temps. 

- Vous ne vous posez pas la question de faire ou ne pas faire les choses quand il s’agit de votre proche, vous faites ce qu’il faut faire parce que vous l’aimez.

- Il vous arrive de culpabiliser en ayant le sentiment de ne pas en faire assez alors que vous êtes en meilleure santé que votre proche.

- Vous êtes fréquemment dans le doute et vous sentez seul(e) pour prendre des décisions dans la manière d’accompagner votre proche : est-ce que je fais bien ce qu’il faut faire ?

- Vous n’avez plus le temps d’avoir des loisirs et vous ne voulez pas lasser vos amis en leur parlant de vos contraintes.

- Vous êtes souvent fatigué(e) et vous pouvez même vous sentir déprimé(e). 

- Vous êtes conforté(e) dans votre rôle lorsque votre proche vous sourit ou vous remercie.

- Vous avez parfois le sentiment de ne plus être libre. 

- Vous êtes démotivé(e), y compris dans l’activité professionnelle que vous menez par ailleurs car vous vous n’avez plus l’énergie nécessaire pour vous sentir vraiment impliqué(e).

- Vous sentez que les personnes qui vous comprennent vraiment sont celles qui ont traversé une expérience similaire à la votre.

Voilà selon moi une liste certainement non exhaustive des symptômes de l’aidant(e).

Est-ce que vous vous reconnaissez dans certain de ces symptômes ?

Si tel est le cas, vous faites partie des 11 millions de français qui aident de façon régulière, à domicile, une ou plusieurs personnes de leur entourage pour des raisons de handicap ou de santé.

Ma propre définition de l'aidant 

L'aidant est une personne solidaire, attentive, aimante, qui partage le sens des valeurs, des responsabilités et du respect des autres. Etre aidant, c’est se concentrer sur l’essentiel de la relation humaine : l’amour de ses proches.
Partager cet article :
Ne ratez pas les prochains articles, abonnez-vous :

Vos réflexions sur le sujet

Ce blog est un lieu d'échanges et les commentaires sont les bienvenus. Ils sont publiés après relecture, afin d'éviter que notre espace de discussion soit envahi de publicités indésirables. Vous pouvez suivre nos échanges et aussi y participer à votre tour.

2 Commentaires

  • Bourgeois vincent
    Bonjour, je fus par deux fois l’accompagnant, l’aidant durant 4 années pour chacune d’entre elle , je trouve votre initiative et votre approche remarquable, je vais m’employer à vous faire partager mon expérience afin que chacun puisse y trouver matière à aider , pour ceux qui sont dans cette situation .
    • journal d'une aidante
      Bonjour Vincent, Je vous remercie pour votre commentaire! Je serais ravie d'échanger avec vous. Lorsque vous le souhaiterez, n'hésitez pas à me contacter via le formulaire de contact. A bientôt, Caroline

Démarrer la discussion

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.